Accueil / L’histoire du CCE / Histoire du patrimoine

Histoire du patrimoine

Acquérir des propriétés : une nécessité

Pour être indépendant et proposer des vacances accessibles, le CCE a acquis ses premières propriétés dès les années 60. L’objectif étant d’offrir à tous les agents de la Compagnie la possibilité de partir en vacances à des tarifs raisonnés et raisonnables.

Les premières réalisations ressemblent davantage à des abris de vacances, conçus et équipés simplement pour les familles. À partir de 1962, les premiers villages de bungalows sous toile et bungalows en dur voient le jour à Saint-Georges-de-Didonne, Chasseneuil et Gassin.

 (Votre CCE) - Histoire_patrimoine_01 (Votre CCE) - Histoire_patrimoine_02

S’adapter : une constante

Parce qu’il est indispensable de s’adapter aux besoins et aux normes, les propriétés du CCE n’ont cessé d’évoluer au fil des ans.

  • Mios, l’ancienne maison de repos s’est transformée en centre de vacances pour les enfants.
  • Lelex, ce centre longtemps réservé aux adultes, est aujourd’hui affecté aux enfants.
  • Lanslevillard, autrefois centre de jeunes, est devenu un village de vacances pour adultes.

Une réalisation audacieuse : Gassin

Nous sommes en 1966. Face à la privatisation des plages de la Côte d’Azur par de nombreux promoteurs immobiliers et à la politique agressive des professionnels du tourisme, le CCE décide d’implanter un village de vacances sur le site du Graffionier à Gassin afin d’offrir le soleil à tous‘.

L’objectif premier du village de Gassin étant d’offrir à tous une prestation de qualité, des études ont été menées. Les équipements de vacances sont d’un type évolué, à usage social, pratiquement unique en France. Cette intention ne signifie pas pour autant la création d’une activité de seconde zone ou d’une forme de sous-produit de vacances.

Evolution des attentes oblige, Gassin est rénové en 1985 : les appartements sont désormais plus spacieux et plus confortables, le restaurant est refait à neuf, et l’hôtel Le Mas voit le jour.

 (Votre CCE) - Histoire_patrimoine_03


Une acquisition pragmatique, le Domaine de Lassy

Dès l’inauguration de la nouvelle aérogare Charles-de-Gaulles en mars 1974, Air France décide de déplacer son siège à Roissy qui, jusque-là, était installé à Montparnasse. Le CCE Air France décide alors d’offrir un espace de détente aux milliers de salariés basés à l’aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle, à l’instar du village détente d’Arbonne dont la situation intéressait plus particulièrement les agents Air France travaillant à Orly. Le Domaine de Lassy, acquis en 1988 répond parfaitement aux exigences : sérénité et verdure à moins de 15 minutes de la plate-forme. C’est donc le 1er juin 1996 que le village détente de Lassy ouvre officiellement ses portes aux agents Air France.


Vers des logements écologiques

En 1999, le CCE décide de construire un nouveau centre dans la commune de Roura, en Guyane. Il est inauguré trois ans plus tard, en septembre 2002. Véritable projet environnemental, le centre baptisé L’Oyack, est né du travail accompli en partenariat avec les instances locales.

 

Cession d’une partie du patrimoine

Suite au plan de cession d’une partie de ses actifs, voté en Session le 27 juillet 2011, le CCE a mis
en vente une partie de ses biens immobiliers sélectionnés en fonction de critères bien définis : faible taux de remplissage, importance des coûts de fonctionnement pendant et hors exploitation ou encore leur situation géographique peu favorable…
A ce jour, 6 sites ont été vendus : Arbonne, Erdeven, Lomergat, Pessat-Villeneuve, Guidel et le Centre Technique et de Maintenance (CTM d’Orly).